Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 18:33

L'article a été intégralement pris sur telerama.fr

 

  « Blake Edwards, le grand réalisateur américain, père de la série “La Panthère Rose” et de l’inoubliable Inspecteur Clouseau, est décédé jeudi 16 décembre, à l’âge de 88 ans. Né le 26 juillet 1922 à Tulsa (Oklahoma), Blake Edwards a réalisé une cinquantaine de films dans sa carrière, en tant que scénariste, réalisateur ou producteur. Parmi les plus célèbres : “Diamants sur canapé” avec Audrey Hepburn, “The Party”, avec son acteur fétiche Peter Sellers, “Victor/Victoria” avec son épouse Julie Andrews, ou encore “Elle”, avec Bo Derek, son plus grand succès au box-office.

En 2004, un oscar d’honneur lui avait été remis pour l’ensemble de sa carrière.


http://i51.tinypic.com/2hf41nk.jpg

Le réalisateur Blake Edwards est mort

Le grand réalisateur américain, père de la série “La Panthère Rose” et de l’inoubliable Inspecteur Clouseau, est décédé jeudi 16 décembre, à l’âge de 88 ans. Blake Edwards a réalisé une cinquantaine de films en tant que scénariste, réalisateur ou producteur. Une œuvre en forme d’hymne à la tolérance, riche de chefs-d’œuvre de forme très différente, comme “Diamants sur canapé”, “The Party” ou “Victor/Victoria”, où, en guise de fil rouge, on retrouvait toujours une galerie de paumés magnifiques.

Hommage de Pierre Murat, sélection de ses principaux films.

C’est au début des années 60 que la vie de Blake Edwards, décédé hier à l’âge de 88 ans, bascule. Il tourne en Europe une de ces comédies dont Hollywood raffole et où il est passé maître. L’histoire d’un escroc (David Niven) en passe de voler un énorme diamant rose appartenant à une princesse hindoue (Claudia Cardinale), que poursuit un inspecteur français nommé Clouseau.

Ce rôle, les producteurs l’ont proposé à de nombreux comédiens, dont Peter Ustinov. Refus à peine poli : ce personnage n’est qu’un second rôle, et sans intérêt qui plus est. Blake Edwards a l’idée d’engager un comédien dont la réputation – flatteuse – n’a pas dépassé les frontières anglaises.

Et c’est le miracle : Edwards et Peter Sellers se rencontrent, se trouvent, se plaisent, s’amusent, s’engueulent (beaucoup, semble-t-il, vu le caractère capricieux et mégalomane du comédien). Mais ils s’inspirent : lorsque sort La Panthère rose, en 1964, le triomphe est dû :

1) au générique de Maurice Binder, qui fait de la silhouette d’une panthère efflanquée et malicieuse une des plus grandes stars du dessin animé moderne,

2) à la musique, très jazz, d’Henry Mancini,

3) au personnage de cet inspecteur Clouseau, pitoyable et ridicule, dont les maladresses et les gaffes font hurler de rire …

http://i52.tinypic.com/1qpfea.jpg

Edwards et Sellers vont continuer leur collaboration orageuse dans une sérié de films dont le chef-d’œuvre reste La Party, où le gag devient l’action même. Dès qu’il entre dans cette soirée où il a été invité par erreur, Hrundi V. Bakshi (Sellers), Indien catastrophique, perd son soulier dans la piscine intérieure. Il finira par la récupérer sur un plateau de petits fours, à la suite de mésaventures totalement hilarantes et imprévisibles (à noter, surtout, un dîner, digne d’une chorégraphie de Bob Fosse, où Sellers se fait voler la vedette par un semi-inconnu, Steve Franken, irrésistible en loufiat ivre-mort maltraité par un maître d’hôtel hystérique…).

Blake Edwards et Peter Sellers.

Les idoles d’Edwards sont Laurel et Hardy. Il aime, donc, l’absurde lent. Chez lui, le gag s’étire au maximum, comme un chewing-gum : il naît, il grandit, il menace d’imploser – comme un suspense d’Hitchcock – et, quand il explose, enfin, c’est pour semer d’invraisemblables catastrophes qui engendrent d’autres gags aussi délirants…

Ce qui n’empêche pas le réalisateur d’exceller dans la cruauté, qu’il masque à peine sous l’élégance : dans Diamants sur canapé, particulièrement (1961), où Audrey Hepburn, géniale, se console de son insatisfaction permanente en se plantant, à l’aube, devant la vitrine de la bijouterie Tiffany, sur la 5e Avenue, à New York – le seul endroit qui la calme, dit-elle, le seul lieu où elle oublie sa vie intensément vide et ses amours dérisoires….

Tous les personnages de Blake Edwards promènent, ainsi, leur mélancolie qu’ils soignent toujours auprès de barmen philosophes et compréhensifs. Ce sont tous des êtres ambigus, voire même ambivalents (comme le maitre d’hôtel british de Quand l’inspecteur s’emmêle qui se métamorphose, la nuit, en travesti de bar gay). L’un de ses derniers chefs-d’œuvre – Victor, Victoria, en 1982 – ne traite que des apparences : pour connaître le succès, une chanteuse (Julie Andrews, son épouse), amenée à se déguiser en homme, tombe amoureuse d’un gangster (James Garner) qui, lui, refuse de passer pour un homo aux yeux de ses potes…

L’œuvre de Blake Edwards n’aura été, en définitive, qu’une ode à tous les paumés, les déclassés, les hors-normes. Et un hymne à la tolérance, qui rend la vie supportable.

 Et parfois belle…

Pierre Murat .»

     

  

 

 

02-copie-1.png

Partager cet article

Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

JIPEHEM 30/12/2010 09:23



Premièrement je me fiche complètement de savoir si ce type s'y connait en cinoche, ce n'est pas ineressant, par contre voir que ce connard est d'une intolérence crasse est révoltant. Méfies-toi,
les gens qui ont des "valeurs" et les défendent sont les pires qui soient, ça mêne tout droit dans les camps.


Il n'y a pas si longtemps ont a tué pour des dessins...


Tu sais très bien ce que je pense du christianisme et tu sais aussi que je n'ai jamais insulté un chrétien en tant que tel. Pour moi, chacun est libre de penser ce qu'il veut;NA!


SALAMALECOUMPAPA



JIPEHEM 23/12/2010 15:26



PS.: Tu sais c'qui t'dit ce "type d'individu"?



JIPEHEM 23/12/2010 15:25



Monsieur "l'odieux Clouseau", c'est moi qui fit se commentaire qui vous choque tant. Que dois-je en conclure?


1-Que vous êtes particulièrement intolérent et odieux et que vous préférez punir une innocente plutôt que de vous attaquer au vrai coupable.


2-Que non seulement vous n'avez aucun sens de l'humour, ce qui en soi n'est pas très grave, mais que vous n'avez pas plus de sens critique, lequel vous aurait fait comprendre que ma petite phrase
n'est rien d'autre qu'une attaque des idées toutes faites qui sont pourtant bien répandues.


3-Que vous me prenez pour un imbécile, ce qui est pour moi le pire des crimes qui puisse être commis ici-bas.


Cher Monsieur Clouseau, soyez sympa, excusez-moi si je vous ais involontairement offensé... et n'abandonnez pas Gaby sur un coup de tête malheureux!!!


Ma Gaby, je suis désolé, je ne comprends pas les réactions de certains.


Tant pis, GROSBIZOUX


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 



gaby23cinema 23/12/2010 20:16



ça c'est malin de man ier l'humour au 2ème degré !! Mais merci quand même même si j'ai compris qu'il ne reviendra plus et pour aucune des raisons évoquées, c'est une personnne cultivée, docteur
en cinéma, je ne sais rien de son caractère mais je sais qu'il a des valeurs et qu'il les défend, une personne qui m'a tout appris même si j'avais des bases d'amour fou pour le cinéma. Gentil
d'avoir essayé.


Gaby



Roman Novel 22/12/2010 17:19



Voilà un bel adieu fait à ce grand réalisateur, la panthère rose est inoubliable de drôlerie, et reste à jamais gravée dans notre mémoire cinématographique! Bonne soirée, bisous



Marsupifab 22/12/2010 12:52



Bon, j'espère que tu as pu dormir après la fiesta et danse avec la musique sur mon blog Gaby, hein? lol Ah la panthère rose, j'aimais beaucoup ces films pleins d'humour avec du mystère dans les
enquêtes, et la musique inoubliable! Bon 88 ans, ce monsieur a tout de même bien vécu, paix à son âme, il rencontrera peut-être des panthères roses au paradis! Passe une bonne journée, bisous



À Propos De Moi

  • : J'ADORE LE CINEMA
  • J'ADORE LE CINEMA
  • : L'univers des films de Franck Capra,d'Ernst Lubistch, Leo McCarey a bouleversé ma vie, une page s'est tournée, je ne l'ai jamais refermée.Le merveilleux est entré dans ma vie. Soyez les bienvenus dans mon monde.
  • Contact

Leur c'est leurre

Recherche

Heure/météo/visiteur(s)

 

 Compteur de visiteurs en lignesCompteur pour blog gratuit

 

 

 

 

 

 

Vous Disiez?

Visites

25.304  visites au 20.09.2011

Compteur pour blog gratuit