Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 16:52

 

NO COMMENT

 

CE N'EST PAS DU CINEMA

WHAT ELSE?

NO COMMENT

 

 

 

AUPRES DE MON ARBRE JE VIVAIS HEUREUX, J'AURAIS JAMAIS DU M'ELOIGNER D'MON ARBRE ....

Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 22:44
Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 16:50
Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 18:36

Michel Serrault, Maurice Biraud, Louis de Funès, Mireille Darc, Darry Cowl et bien d'autres encore recherchent désespérement un ticket de courses qui se trouve dans la poche d'un cadavre et celui-ci est caché dans une contrebasse. Michel Audiard met le feu, jugez en :

 Dans le domaine du turf, jeune homme, y'a deux façons d'croquer. La magie ou le hasard.... J'explique : Favori sur faux
ticket ou tocard sur vrai tickson... À moi, la magie m'a coûté deux ans d'placard... C'est pourquoi, aujourd'hui, j'aime mieux un mauvais cheval qu'un bon juge d'instruction ! (Maurice Biraud)


- Flush Royale !... Quatre-cent-vingt-et-un !... Neuf à la ponte !... Belote !... Rebelote !... Et fanny ! - Ça veut dire ? - Ça veut dire ì envoyez l'oseille, et fissa ! Les riches, ça attend pas, ça fait des colères ! - Ben, quoi ? Qu'est-ce que vous voulez ? - Éh ben, c'est écrit dessus ! - Le Onze, le Cinq, le Deux ?... La dernière fois qu'on les a vus, y barbotaient dans la rivière des tribunes ! (Maurice Biraud -Le Caissier)



- A Paris, en ce moment, avec le beau temps et le tourisme, tu peux pas savoir les sujets disponibles. T'emballes de l'Anglaise ou de la Suèdoise si le grand format te rebute pas ! T'as le marché commun à portée de la pogne. Moi j'ai sorti le costard ridé et je pointe en rafale. - Il est chouette - Et ben y peut! Quatre-vingts sacs. On me l'avait livré juste le jour où...où.... Enfin bref, il a pas vu le jour. L'avantage de mettre le prix, c'est que ça se démode pas, tissu british, coupe italienne, deux boutons, revers longs, chevrote peignée, doublure de soie avec initiale brodées... C'est pas dur, y'a pas mieux ! Mate un peu le tombé du froc... (Maurice Biraud)


- On ne s'ennuie pas Monsieur Michou chez vous hein? - Faîtes pas attention, quand elle voit un uniforme, elle se contrôle plus .- Un uniforme? Mais je suis en civil !
- Et la tête? Qu'est ce que vous en faites? Vous avez celle de l'emploi. Avec vous l'uniforme, c'est un pléonasme! - Ah oui? - Oui. - Oui qui? - Oui, Monsieur l'inspecteur.
(Yves Barsacq - Michel Serrault)


- Y'a les vents contraires, la dégoulinante infernale, le poteau noir, la scoumoune !... Mais y'a ceux qui s'effondrent et ceux qui réagissent.... Et c'est pas seulement une question d'choux, mais c'est une affaire de tour de main... Et l'Jo, il l'a gardée sa paluche miracle... Sa pogne en Zéphyr... Le Rubens de la taille douce, le Léonard du composteur... Et quand

j'vais les palper, mes deux cents briques, qui c'est qui, là-haut, va l'avoir dans l'baba ?... C'est c'fumier d'Pom Chips ! (Maurice Biraud)


Plus t'as de pognon, moins t'as de principes. L'oseille c'est la gangrène de l'âme

D'habitude avec les nanas, je dépasse jamais le diabolo-menthe ou le jus de fruit. Mais avec vous, le champagne
s'impose ! Et millésimé!

Je suis pas Lawrence d'Arabie. Je traverse pas le désert sans boire

 

Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 22:18

Danton venait de se lever, il avait vivement reculé sa chaise.
- Ecoutez, cria-t-il. Il n'y a qu'une urgence, la République en danger. Je ne connais qu'une chose, délivrer la France de l'ennemi. Pour cela, tous les moyens sont bons. Tous! tous! tous! Quand j'ai affaire à tous les périls, j'ai recours à toutes les ressources, et quand je crains tout, je brave tout. Ma pensée est une lionne. Pas de demi-mesures. Pas de pruderie en révolution. Némésis n'est pas une bégueule. Soyons épouvantables et utiles. Est-ce que l'éléphant regarde où il met sa patte? Écrasons l'ennemi.

Robespierre répondit avec douceur
- Je veux bien et il ajouta : - La question est de savoir où est l'ennemi.- Il est dehors, et je l'ai chassé, dit Danton- Il est dedans, et je le surveille,dit Robespierre.

 Victor Hugo, Quatrevingt-treize


Ma Destinée, un dessin/gouache que Victor Hugo fit en 1867 et qui se trouve à Paris dans La Maison de Victor Hugo 



Quand le désert, où Dieu contre l’homme proteste,
Bannirait les bannis, chasserait les chassés 
Quand même, infâme aussi, lâche comme le reste
Le tombeau jetterait dehors les trépassés
 

Je ne fléchirai pas ! Sans plainte dans la bouche
Calme, le deuil au cœur, dédaignant le troupeau
Je vous embrasserai dans mon exil farouche
Patrie, ô mon autel ! Liberté, mon drapeau
!

J’accepte l’âpre exil, n’eût-il ni fin ni terme
Sans chercher à savoir et sans considérer
Si quelqu’un a plié qu’on aurait cru plus ferme
Et si plusieurs s’en vont qui devraient demeurer.

Si l’on n’est plus que mille, eh bien, j’en suis ! Si même
Ils ne sont plus que cent, je brave encor Sylla
S’il en demeure dix, je serai le dixième
Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là !

Les Châtiments Ultima verba depuis l'île de Jersey, en réponse à Napoléon III qu'il haïssait -  Victor Hugo



Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Littérature
commenter cet article
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 16:57

Vincent Van Gogh est né le 30 mars 1853 à Groot-Zundert, Arthur Rimbaud le 20 octobre 1854 à Charleville - Vincent Van Gogh meurt le 28 juillet 1890 à Auvers-sur-Oise, Arthur Rimbaud décéde le 10 novembre 1891 à Marseille.

Vue d'Auvers-sur-Oise par Vincent Van Gogh


Arthur RIMBAUD



VOYELLES


A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles

Je dirai quelque jour vos naissances latentes

A, noir corset velu des mouches éclatantes

Qui bombinent autour des puanteurs cruelles


Golfes d'ombres, E, candeurs des vapeurs et des tentes

Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles

I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles

Dans la colère ou les ivresses pénitentes



U, cycles, vibrements divins des mers virides,

Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides

Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux



O, suprême Clairon plein des strideurs étranges

Silences traversés des Mondes et des Anges

- O l'Oméga, rayon violet de Ses yeux!

Arthur Rimbaud

Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Peinture
commenter cet article
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 00:57

 



Dans le film de Georges Lautner de 1968, Le Pacha, Jean Gabin, lui qui détestait refaire une prise, accepta de rejouer cette scène 32 fois !! Michel Audiard lui avait préparé une tirade qui figure parmi ses répliques les plus mémorables :

 

 

 

Moi, le mitan, j'en ai jusque-là, ça fait quarante ans que le truand me charrie. Je l'ai digéré à toutes les sauces et à toutes les modes : en costard bien taillé et en blouson noir, ça tue, ça viole, mais ça fait pas rêver le bourgeois et reluire les bonnes femmes. Elles trouvent peut-être ça romantique, mais moi pas. Alors, j'ai pris une décision : moi, les peaux-rouges, je vais plus les envoyer devant les jurés de la Seine, comme ça y aura plus de non-lieu, ni de remise de peine. Je vais organiser la Saint-Barthélemy du mitan ...tu m'as compris ?


Or, Jean Gabin, d'après Philippe Durant, s'était mis dans la tête de la dire en moins de trente secondes! Il s'y reprit, reprit, reprit ...... jusqu'à obtenir totale satisfaction.

 

 

 
Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 15:24

Bernard Blier naît à Buenos Aires le 11 janvier 1916. Son père étant biologiste à l'Institut Pasteur, les aléas de son métier ont fait qu'il ait vu le jour en Argentine.

Bernard Blier et Jean Gabin semblaient tellement proches, tellement complices, qu'ils finirent par former un "vieux couple". Non seulement à l'écran mais aussi à la ville. Pendant le tournage des Misérables, Bernard Blier raconte : Je peux dire que j'ai été l'un des seuls acteurs, je dis bien "acteur" français à avoir été en ménage avec Jean Gabin. Quand nous avons tourné Les Misérables, ça se passait à Berlin, nous avions pris un appartement dans un hôtel, avec un salon, deux chambres - chacun la sienne, bien sûr -, deux télévisions séparées - parce qu'on ne voulait pas regarder les mêmes programmes ... On buvait un coup, parce que le soir à Berlin, à l'époque, il n'y avait pas beaucoup de distractions. On buvait le coup assez violemment, c'est-à-dire qu'on se tapait, avant le dîner, une bouteille de whisky tous les deux, ce qui n'est pas énorme. Il fallait tout de même avoir avec soi des amuse-gueule : olives, petits gâteaux, choses salées ... Chaque semaine, l'un de nous deux, ou Jean ou moi, était chargé des commissons. La semaine de Jean, c'était lui qui allait faire le marché et je l'appelais "Mademoiselle". Quand c'était ma semaine, il m'appelait "Madame" ! ...


 

1989 - Son mal progresse à grand pas, le cinéma français s'en émeut et lui attribue un César d' honneur. Lorsqu'il paraît le 4 mars sur la scène de l' Empire, la salle se lève et l'applaudit longuement. Il avance à petits pas, parle avec Michel Serrault, reçoit sa statuette et s'en va. A ce moment, la France a compris qu'elle ne le reverrait plus vivant. Le 29 mars 1989, il s'en est allé retrouver son ami Michel Audiard qui disait notamment "Quand un type comme ça se retire, y'à pas de place a prendre!"

 

Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 21:36

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur overblog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog.

Bon blogging

L'équipe d'overblog

PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs overblog

Repost 0

À Propos De Moi

  • : J'ADORE LE CINEMA
  • J'ADORE LE CINEMA
  • : L'univers des films de Franck Capra,d'Ernst Lubistch, Leo McCarey a bouleversé ma vie, une page s'est tournée, je ne l'ai jamais refermée.Le merveilleux est entré dans ma vie. Soyez les bienvenus dans mon monde.
  • Contact

Leur c'est leurre

Recherche

Heure/météo/visiteur(s)

 

 Compteur de visiteurs en lignesCompteur pour blog gratuit

 

 

 

 

 

 

Vous Disiez?

Visites

25.304  visites au 20.09.2011

Compteur pour blog gratuit