Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 18:01

 

Une station-service dans le 18ème. Lambert (Coluche) le regard fatigué et l'œil rougi par l'alcool, y travaille la nuit, il oublie la banalité de son existence en se noyant dans l'alcool. Il traine sa solitude.

Apparemment, Lambert n'espère plus rien de la vie.

Jusqu'au jour où se présente à la station un jeune homme qui vient faire le plein pour sa moto. Bensoussan (Richard Anconina), visiblement seul lui aussi, entame la conversation avec Lambert et revient plusieurs nuits de suite. Lambert l'écoute sans beaucoup parler, Bensoussan est un marginal qui vivote en revendant de petites doses de drogue. Lambert n'approuve pas cette activité, mais continue à voir Bensoussan car, malgré lui, il s’attache au jeune homme.

Un soir, Bensoussan se fait tuer près de la station-service, sous les yeux de Lambert, par deux jeunes motards. Il comprend qu'il s'agit d'un règlement de comptes entre « dealers » et va tout faire pour retrouver les assassins de son ami.
Avec la mort de Bensoussan, le passé de Lambert refait surface, la perte de son fils, mort d’une overdose, mais aussi le fait qu'il ne l'avait jamais vraiment compris et se contentait de faire bêtement son premier « boulot » : flic...

http://i55.tinypic.com/2rm83r5.jpg

Lambert retrouve Lola, une fille que Bensoussan a connue avant de mourir et qui fréquente des bandes de punks. Elle accepte d'aider Lambert et s'attendrit peu à peu sur ce personnage usé par la vie.

Il effectue aussi ses recherches dans le bar de Rachid, un immigré impliqué dans le trafic de drogue et qui connaissait Bensoussan. Lambert est aidé indirectement par l'inspecteur Bauer, un flic qui veut à tout prix démanteler le réseau de trafiquants.
Lambert tue Rachid qui avait trahi Bensoussan mais il se fera abattre à son tour, devant sa porte, sous le regard bouleversé de Lola.http://i55.tinypic.com/2vmh4k8.jpgDistribution

On découvre un Coluche étonnant, bouleversant, sincère.

 

 

   

 

     

«J'étais un gros con de flic, tu sais pas ce que c'est ... Inspecteur Lambert ... Tricolore jusqu’au slip ... J'étais un gros con dans toute sa splendeur, j'avais pas le temps pour mon fils ... Ou alors pour l'engueuler ... J'avais la tête au boulot, j'y croyais ... Alors évidemment, un jour, il en a eu marre d'avoir un père aussi con ... A 16 ans, il a commencé à se droguer, j'ai voulu le désintoxiquer à ma façon. Pendant deux semaines, je l'ai enfermé dans sa chambre avec de l'eau et du pain sec, comme un flic ... Si j'avais pu le foutre en taule, je l'aurais fait ... Il hurlait, il était en manque ...Si j'avais compris, c'était un vrai père qui lui manquait ... Alors un après-midi, ma femme lui a ouvert la porte et il s'est sauvé et huit jours après, on l'a retrouvé mort d'une overdose. Il m'a fallu ça pour comprendre. Après, ma femme s'est tirée et j'ai arrêté d'être con, mais je suis mort ... »

  02-copie-1.png


Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 14:56
Danielle Billard, veuve du Colonel Edouard Billard, est une vacharde, mesquine, voleuse, menteuse, capricieuse, elle en fait voir de toutes les couleurs à sa domestique, Odile, qui n'est guère moins âgée qu'elle (75 ans). Quand Odile meurt « accidentellement », Il faut alors trouver à Tatie Danielle d'autres victimes, et elle qui n'aime ni les gens, ni la bonté, ni l'affection, va décider de squatter la vie parisienne de ses neveux...
     
Tatie Danielle vend sa maison d'Auxerre, dans l'Yonne, et lègue l'argent à ses deux seuls parents, ses neveux Jean-Pierre et Jeanne, à charge pour Jean-Pierre, son épouse Catherine et leurs deux garçons de l'héberger chez eux à Paris.
http://i53.tinypic.com/i2ppg7.jpg 
Mais très vite, Jean-Pierre et Catherine Billard, des gens sympathiques et doux, se rendent compte de leur erreur : Tatie Danielle n'a rien de la brave mamie qu'ils pensaient connaître... Qui saura maîtriser l'insupportable vieille dame ?
 
À 82 ans, Danielle Billard est la grand-tante qu'on souhaiterait ne pas avoir !!
.         
           Tsilla Chelton : Tatie Danielle Billard
Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 04:26
  
En 1984, des milliers d'africains de 26 pays frappés par la famine se retrouvent dans des camps au Soudan. A l'initiative d'Israël et des Etats-Unis, une vaste action  dite « Opération Moïse » est menée pour rapatrier des milliers de juifs éthiopiens vers Israël.
Un enfant juif de 9 ans meurt le jour de son départ. Une mère chrétienne pousse son fils de neuf ans à prendre la place de l'enfant mort et à se déclarer juif (elle lui dit « pars, ne reviens pas et ajoute avant ») pour le sauver de la famine et de la mort en le mettant littéralement dans les bras d’une femme qui venait d’enterrer son fils du même âge. L'enfant arrive en Israël, sa mère de substitution meurt.
 
http://i52.tinypic.com/oud0cl.jpg
   
Déclaré orphelin, il est adopté par une famille israélienne  vivant à Tel-Aviv. Il grandit  avec la peur que l'on découvre son double secret et mensonge : ni juif, ni orphelin, seulement noir,  sa mère  lui manque. Il a perdu ses  racines .
Il découvrira l'amour, la culture occidentale, la judeïté mais également le racisme et la guerre. Il deviendra médecin et retournera en Ethiopie pour une mission humanitaire et ce n’est qu’à ce moment là qu’il retrouvera sa mère, une fois marié et père d’un petit garçon.
Le film, tiré d’une histoire vraie, repose sur l'histoire des Falashas qui, immigrés en Israël, éprouvèrent beaucoup de difficultés à se faire accepter malgré leurs efforts, illustrés dans le film par la rapidité avec laquelle le petit Schlomo apprend l'hébreu ainsi que le français (langue maternelle de la famille qui l'adopte) tout en conservant sa propre langue l'amharique une des principales langues de l'Éthiopie
http://i53.tinypic.com/3539q2r.jpg
Le film montre également les tensions entre Israéliens et Palestiniens, ainsi que les espoirs de paix entre Yitzahk Rabin et Yasser Arafat. À travers lui , on découvre également le travail  quotidien dans un Kibboutz  durant la Guerre du Golfe.
Radu Mihaileanu a également réalisé un documentaire en 2007, Opération Moïse, sur le même sujet.
Distribution
§                     Yaël Abecassis: Yaël Harrari
§                     Roschdy Zem : Yoram Harrari
§                     Moshe Agazai : Schlomo (enfant)
§                     Moshe Abebe : Schlomo (adolescent)
§                     Sirak M. Sabahat : Schlomo (adulte)
§                     Roni Hadar : Sara
http://i56.tinypic.com/1zbc6f4.jpg
§                     Yitzhak Edgar : Qès Amrah
 
§                     Rami Danon : Papy
 
§                     Meskie Shibru Sivan : la mère de Schlomo
 
§                     Mimi Abonesh Kebede : Hana
 
§                     Raymonde Abecassis : Suzy
 
§                      
 

Récompenses

 
§                     Grand Prix du Meilleur Scénariste en 2003,
 
§                     Prix du jury œcuménique, Prix du Public et Prix Européen au Festival de Berlin en 2005,
 
§                     César du meilleur scénario original en 2006 (le film était également nommé dans les catégories du meilleur film, du meilleur réalisateur et de la meilleure musique) ,
 
§                     Cygne d'Or du meilleur film au festival de Copenhague en 2005,
 
§                     Grand Prix et Prix du Public 2005 du Festival du film d'aventures de Valenciennes,
 
§                     Prix du film le plus populaire du Vancouver International Film Festival en 2005.
                    
    
     02-copie-1.png
     
Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 17:10

http://i55.tinypic.com/nl3k04.jpg

Distribution

-                   Clint Eastwood: Frankie Dun
                        Hilary Swank  : Maggie Fitzgerald
-                 Morgan Freeman  : Eddie Scrap - Iron Dupris
-                  Jay Baruchel : Danger Barch
-                    Mike Colter  : Big Willie Little
-                    Lucia Rijker : Billie « L'Ourse bleue »
-                    Brian O'Byrne  : Père Horvak
-                    Anthony Mackie : Shawrelle Berry
   
L'entraîneur de boxe Frankie Dunn, homme solitaire rejeté par sa fille, voit un jour débarquer dans son gymnase une jeune femme décidée à monter sur le ring.  L’entraîneur s'est replié sur lui-même et vit dans un désert affectif, en évitant toute relation qui pourrait accroître sa douleur et sa culpabilité.
   
Le jour où Maggie Fitzgerald, 31 ans, pousse la porte de son gymnase à la recherche d'un coach, elle a une exigence vitale et urgente : monter sur le ring, entraînée par Frankie, et enfin concrétiser le rêve d'une vie.


http://i54.tinypic.com/344fmu8.jpg
 
 
Après avoir repoussé plusieurs fois sa demande, Frankie se laisse convaincre par la détermination de la jeune femme. (Autrefois entraîneur de boxe réputé, Frankie (Clint Eastwood) dirige une petite salle de boxe régionale avec son meilleur ami, un ancien boxeur nommé Scrap (Morgan Freeman). Leur quotidien est bouleversé par l'arrivée d'une jeune boxeuse appelée Maggie Fitzgerald (Hilary Swank).
 
Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue :
 
Frankie est réticent à l'idée de devenir l'entraîneur  de Maggie, mais il accepte de la prendre en charge. Une relation mouvementée se noue entre eux.  Il en fait une combattante célèbre et organise un combat à Las Vegas contre Billie « L'Ourse bleue » (interprétée par la boxeuse Lucia Rijker) pour le titre de championne du monde. Durant ce match, elle est victime d'un coup illégal de son adversaire après la fin d'un round et chute accidentellement sur le tabouret que lui tend son soigneur. Blessée à la moelle épinière, elle devient tétraplégique et est condamnée à finir ses jours sur un lit d'hôpital.
  http://i56.tinypic.com/91eavo.jpg

Son entraîneur l'aide à mourir et se met donc en danger pour elle.


Ce drame  aborde plusieurs thèmes  : la réussite à tout prix au-delà des clivages sociaux, le star-system et le fanatisme du public, les relations familiales, la foi chrétienne, la maladie, la mort, la vieillesse et l'euthanasie.
Récompenses
Aux Oscars :
§                     Meilleur film
§                     Meilleur réalisateur pour Clint Eastwood
§                     Meilleure actrice pour Hilary Swank
§                     Meilleur acteur dans un second rôle pour Morgan Freeman
Autres :
§                     César du meilleur film étranger remporté en 2006
§                     Golden Globe du meilleur réalisateur pour Clint Eastwood (2005)
§                     Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique pour Hilary Swank.
02-copie-1.png
Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 14:30
http://i52.tinypic.com/dltesz.jp
Andrew Beckett,  brillant avocat, est au sommet de sa carrière. Il travaille dans le prestigieux cabinet de Charles Wheeler, fondateur du grand cabinet d'avocats de la ville. Adulé par son milieu, rien ne semble pouvoir ralentir son ascension, mais son état de santé se dégrade.
Le jour où ses associés apprennent qu'il est atteint du sida, ils n'hésitent pas à prétexter une faute professionnelle pour justifier son renvoi.
Andrew décide de ne pas se laisser faire et attaque le cabinet pour licenciement abusif. Il sera aidé par Joe Miller, habile avocat  très populaire dans la ville et aussi sur les écrans, après avoir été réticent à le défendre en violant les droits ou les lois.
Andrew s'engage alors dans une longue bataille juridique pour retrouver sa dignité. 
 
La ville de Philadelphie est née du rêve de son fondateur, William Penn, qui souhaitait montrer un exemple de tolérance aux autres nations. C'est là que se trouve l'intérêt du choix de cette ville et le paradoxe, entre cette ville symbole de tolérance et l'intolérance vis à vis des personnes atteintes du Sida que ce film dénonce.
Tom Hanks a perdu jusqu'à 11 kilos pour incarner Andrew Beckett, au fur et à mesure de la progression de la maladie du personnage.
Daniel Day-LewisMichael Keaton et Andy Garcia furent pressentis pour incarner Andrew Beckett.

Distribution

Tom Hanks  : Andrew Beckett
Denzel Washington  : Joe Miller
Mary Steenburgen : Belinda Conine
Jason Robards  : Charles Wheeler
Antonio Banderas  : Miguel Alvarez
Ron Vawter :   Bob Seidman
Daniel Chapman : Narrateur à la clinique
Charles Glenn : Kenneth Killcoyn
http://i51.tinypic.com/1s19qv.jpg
                 Meilleur acteur (Tom Hanks)
                   Meilleure chanson originale (Bruce Springsteen)
    02-copie-1.png

 
Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 09:00

  • Enfant abandonné par sa mère puis élevé dans le milieu du cirque, Sam Lion se reconvertit, après un accident de trapèze, et  devient chef d'entreprise. 

  •  

  • La cinquantaine passée, lasseé de ses responsabilités  il plaque tout et part pour un long voyage en mer sur son voilier. 

     

  • Sam se fait porter disparu et, alors que son entourage le pleure, il se ressource en parcourant le monde sous une fausse identité. 

     

  • C'est par hasard en Afrique qu'il rencontre Al, un ex-employé de «Victoria» (son entreprise).


  • D'abord sur la défensive, Sam propose à Al de devenir son homme de paille au sein de l'entreprise. 

     

  • Avec un testament fictif rédigé par Sam, Al prend les commandes de «Victoria»  en appliquant à la lettre ses recommandations.

  •  

  • La situation de l'entreprise se rétablit et Al, tombé amoureux de Victoria,  l'épouse. 

     

  • Satisfait, Sam réapparait puis repart faire le tour du monde.


  •  
  • Distribution
  •   Jean-Paul Belmondo : Sam Lion

    ·  Richard Anconina : Albert Duvivier dit Al

    ·  Marie-Sophie L.: Victoria Lion

    ·  Jean-Philippe Chatrier : Jean-Philippe Lion

    ·  Li : Yvette

    ·  Daniel Gélin: Pierre Duvivier

    ·  Gila von Weitershausen : La prostituée à Hambourg

    ·  Béatrice Agenin: Corinne

    ·  Sabine Haudepin : la petite amie d'Al

    ·  Michel Beaune: Maître Vergne

    ·  Pierre Vernier: Le curé

    ·  Annie Philippe : la secrétaire

 

« C’est l’autopsie d’un parcours, le cheminement des sentiments à travers cinquante années de la vie d’un homme, curieux, attentif à tous les hasards et prêt pour toutes les aventures. Un jour, une idée insensée qui n’aurait dû que traverser son esprit s’installe. Une idée sans marche arrière qui va l’obliger à prendre le chemin le plus long au moment où il rêvait de raccourci.

Sur ce chemin, des gens comme lui, à la recherche d’un panneau indicateur. Des hommes, des femmes qui veulent encore croire que le bonheur, ce n’est pas simplement le temps de repos des ennuis, mais bien une réalité qui se mérite. Alors pour être convaincu, notre héros va prendre tous les risques et jouer à quitte ou triple ses amours, ses amis, ses enfants, sa réussite.

Ce qu’il met sur le tapis c’est cinquante années d’une vie passée à deux cents à l’heure. Et comme il est de plus en plus convaincu que les plus belles années d’une vie sont celles qu’on n’a pas encore vécues, il va aller encore plus loin, et pour aller plus vite se servir d’un homme qui lui ressemble avec vingt cinq ans de moins et qui sera le grand bénéficiaire de cette saga. Mais son vrai compagnon, son vrai complice, la personne en qui il a le plus confiance : c’est l’humour, ce regard qui attire toutes les sympathies, tous les évènements, et transforme le temps qui passe en un simple jeu »

Claude Lelouch

 

 

 

  • Récompenses :

  • César du Meilleur acteur pour Jean-Paul Belmondo en 1989,

  • Grand Prix d'interprétation au Festival de Chicago pour Richard Anconina.
  • 

Voici ce que j'ai trouvé sur internet :

« En 1988, Claude Lelouch lui offre, avec Itinéraire d'un enfant gâté l'occasion de s'écarter de son image cinématographique pour interpréter un rôle de composition. Belmondo, ravi de s'éloigner de son emploi habituel, retrouve avec ce film le succès commercial. Sa prestation lui vaut également d'obtenir le César du meilleur acteur, lors de la 14e cérémonie des Césaren 1989 : dès l'annonce de sa nomination, il avait pourtant précisé ne pas être intéressé par le prix, mais l'Académie passa outre en le lui décernant. Dédaignant ouvertement les César, Belmondo n'ira pas chercher son trophée[.»



02-copie-1.png

Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 04:26

 http://i51.tinypic.com/28tf8sl.jpg« Cher Jean Yanne, que trouvait-on à la place de la Samaritaine au XVIIIème siècle ?

 

Comment voulez-vous que je le sache moi ?

 

Franchement, un type comme moi, je suis tranquille, peinard, je voyage, je fais un peu l’acteur, je regarde la télé, j’achète des livres, je ne suis pas plus con qu’un autre, j’ai une voiture normale, j’achète de l’essence, il m’arrive de payer mes impôts, comment voulez-vous que je sache ce qui se passait à la Samaritaine au XVIIIème siècle ?

 

Je vais vous dire très sincèrement, vous pouvez m’arracher les ongles, j’avouerai pas !

 

Et pourtant je ne suis pas courageux.

 

Franchement, pendant la guerre, on m’aurait demandé l’adresse du Colonel Fabien, il n’y avait qu’à me montrer une lime à ongles en fronçant les sourcils, je balançais tout. »

 

 

Jean Yanne - Le permis de conduire  

 

 

02-copie-1.png

Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 14:02
  • Réalisation  : Joseph L. Mankiewicz  
  • Scénario : Joseph L. Mankiewicz (d'après une histoire de Mary Orr,  

    The Wisdom of Eve, parue dans le magazine Cosmopolitan de mai 1946, non mentionné au générique)

    ·  Production : Darryl F. Zanuck pour 20th Century Fox (Source Wikipedia)

  • ·  Titre : Eve

    ·  Titre original : All about Eve


    Source Wikipedia


  • « Le prix Sarah-Siddons va être attribué à la meilleure actrice de théâtre de l'année. Ève Harrington le gagne et toute l'assemblée l'applaudit, sauf deux femmes. Le film est un long flashback qui nous apprend Tout sur Ève.

     

    La légende de la scène théâtrale new-yorkaise, Margo Channing (Bette Davis), reçoit dans sa loge une admiratrice, Ève (Anne Baxter), qui est venue à chaque représentation de la pièce en cours. Le fiancé de Margo,  metteur en scène de la pièce, part le soir même travailler à Hollywood pour plusieurs semaines. Apitoyée par le destin tragique d'Ève, Margo la prend sous son aile comme secrétaire particulière. De fil en aiguille, Ève prend de plus en plus d'importance en devenant à la fois la sœur, la mère, l'amie, l'avocat et la gardienne de Margo. Au retour de Bill, éclate la première scène de jalousie de Margo car celui-là l'a négligée et s'est d'abord occupé d'Ève.

     

  • Une prochaine pièce est en préparation et Margo est pressentie pour le rôle principal malgré le fait qu'il s'agisse d'une femme d'une vingtaine d'années alors que Margo a 40 ans. Ève, envieuse d'un succès semblable à celui de son idole Margo, réussit à remplacer sa doublure. Elle arrive à ses fins en allant donner la réplique à une jeune actrice lors d'une audition : on ne remarque qu'elle. Elle place ses pions, patiemment.

     

  • Comme Margo devient de plus en plus insupportable en raison de sa jalousie, sa meilleure amie Karen Richards, femme de Lloyd, auteur des pièces de théâtre interprétées par Margo, décide de lui jouer un tour. Au retour d'un week-end, Margo rate son train – pas par accident –, et ne peut pas jouer au théâtre. Ève la remplace. La presse est présente ce soir-là et, le lendemain dans les journaux, fait presque un triomphe à Ève. En particulier le redouté critique Addison DeWitt, qui publie une interview d'Ève critiquant ces actrices plus âgées qui continuent à vouloir se cantonner dans des rôles de jeunes premières.

Des liens se créent entre Ève et DeWitt pendant que d'autres se désagrègent, entre Margo et Ève. Margo et Bill annoncent qu'ils vont se marier. Une sorte de chantage permet à Ève d'obtenir le rôle principal dans la nouvelle pièce de Lloyd. Ève fait ensuite tomber celui-ci dans ses griffes et informe même DeWitt qu'ils vont se marier. DeWitt, fasciné par Ève et soucieux de conserver l'influence qu'il a sur sa carrière, lui fait renoncer à ses projets. Quelques heures avant la grande première, il lui fait comprendre qu'elle lui appartient, elle et sa carrière, qui ne font plus qu'une, car il a découvert des informations sur son passé et exerce un chantage à son tour. Ève gagne le prix Sarah-Siddons. Ce même soir, elle découvre chez elle une jeune actrice et admiratrice, celle-ci commence à s'occuper des affaires d'Ève » ...

  • Bette Davis: Margo Channing
  • Anne Baxter: Eve Harrington
  • George Sanders : Addison DeWitt
  • Celeste Holm : Karen Richards
  • Gary Merrill : Bill Sampson
  • Hugh Marlowe: Lloyd Richards
  • Gregory Ratoff: Max Fabian
  • Barbara Bates: Phoebe
  • Marilyn Monroe : Miss Caswell
  • Thelma Ritter : Birdie Coonan
  • Source Wikipedia

Film brillantissime et acerbe sur le milieu du théâtre, chaque scène est un bijou de précision cinématographique.

 

Cinglante étude sur le cynisme et l'ambition dans le milieu du théâtre, All About Eve donnait à Bette Davis et Anne Baxter les plus beaux rôles de leur carrière et plaçait Mankiewicz parmi les très grands de Hollywood.

 

Eve est de ces films à voir et à revoir sans se lasser, on y découvre à chaque nouvelle lecture un point de vue nouveau, une réplique qui fait mouche, un détail savamment mis en scène qui rappellent que malgré sa cruauté et son cynisme ce film est avant tout une déclaration d'amour au théâtre et aux femmes.

 

 Récompenses

Le film a reçu 14 nominations aux Oscars 1950 (attribués en 1951), ce qui n'a été égalé que par Titanic (1997), et en a gagné 6 :
   * Meilleurs costumes, films noir & blanc : Edith Head, Charles Le Maire
   * Meilleur son : Thomas T. Moulton
   * Meilleur acteur dans un second rôle : George Sanders
   * Meilleur scénario : Joseph L. Mankiewicz
   * Meilleur réalisateur : Joseph L. Mankiewicz   

* Meilleur film : Darryl F. Zanuck    

 

02-copie-1.png 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 17:00

 

« Maigret tend un piège », est un film  franco-italien adapté du roman éponyme de Georges Simenon, réalisé par Jean Delannoy et sorti en 1958.

La terreur règne dans le quartier de la place des Vosges, à Paris : un tueur, la nuit, assassine les femmes seules. Le commissaire Maigret soupçonne le criminel de chercher à le provoquer. Il fait arrêter un faux coupable consentant, de manière à obliger le vrai meurtrier à agir une fois encore lors de la reconstitution du dernier crime. Le tueur attaque une auxiliaire de la police, mais parvient de nouveau à fuir en montrant une parfaite connaissance du quartier ...

Pendant ce temps, l'inspecteur Lagrume a pris en filature une jeune femme, Yvonne Maurin, dont l'attitude lui avait paru suspecte. Maigret lui rend visite chez elle à Auteuil et fait la connaissance de son mari, Marcel, architecte-décorateur. En fait, Marcel a passé sa jeunesse place des Vosges et sa mère habite précisément le pâté de maisons où disparut mystérieusement l'assassin lors de sa dernière tentative ...

 Bientôt, Maigret est sûr de tenir le coupable et arrête Marcel Maurin. Mais un nouveau crime est commis alors que le suspect est gardé au quai des Orfèvres. Confrontant la mère et l’épouse de Maurin, Maigret obtient les aveux d’Yvonne : c'est elle qui a commis ce meurtre gratuit pour tenter d'innocenter son mari démasqué.

http://i54.tinypic.com/21abggn.jpg

Ce film offre à Jean Desailly son « meilleur rôle » au cinéma. On y voit une « pléiade » de seconds rôles tous excellents : Olivier Hussenot, Gérard Sety, Alfred Adam, Lino Ventura, Jean Tissier, Paulette Dubost, Jean Debucourt ...

C’est un des plus beaux rôles de Jean Gabin, âgé de 53 ans qui joue un rôle de composition, celui d’un homme de dix ans plus âgé, las, près de la retraite que le défi d’un assassin remet en selle.

  Jean Gabin : Le commissaire Jules Maigret, de la P.J

  Annie Girardot : Yvonne Maurin, femme de Marcel

  Jean Desailly : Marcel Maurin, l'architecte-décorateur

  Olivier Hussenot : L'inspecteur Lagrume

  Lucienne Bogaert : Adèle Maurin mère

  Gérard Séty : Georges "Jojo" Vacher, le danseur mondain

  André Valmy : L'inspecteur Lucas

  Lino Ventura : L'inspecteur Torrence

  Paulette Dubost : Mauricette Barberot, la bouchère

  Jeanne Boitel : Louise Maigret, la femme du commissaire

  Alfred Adam : Barberot, le boucher

  Maurice Sarfati : L'inspecteur Lapointe

  Jean Tissier : Le journaliste de Paris-Presse

 

 02-copie-1.png

 

 

Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 19:44

 

http://i51.tinypic.com/2m76a9t.jpg

 

Scénario : François Truffaut et Suzanne Schiffman
Photographie : Nestor Almendros
Musique : Georges Delerue
Durée : 2 h 10 min
Avec Catherine Deneuve (Marion Steiner), Gérard Depardieu (Bernard Granger), Jean Poiret (Jean-Loup Cottins), Heinz Bennent (Lucas Steiner), Andrea Ferréol (Arlette Guillaume), Paulette Dubost (Germaine Fabre), Jean-Louis Richard (Daxiat), Maurice Risch (Raymond, le régisseur), Sabine Haudepin (Nadine Marsac).


Pendant l’Occupation, Marion Steiner dirige le théâtre Montmartre après que son mari, Lucas Steiner, a fui les nazis en Amérique du Sud parce qu’il était juif. Elle engage Bernard Granger comme acteur dans la pièce norvégienne qu’elle fait répéter, dirigée par le metteur en scène Jean-Loup Cottins d’après les notes de Lucas. Elle tient le premier rôle féminin. Bernard Granger tente de séduire la décoratrice, Arlette, avant de s’apercevoir qu’elle est homosexuelle. On découvre ensuite que Lucas est en réalité resté caché dans la cave du théâtre, en attendant de pouvoir partir, sa femme vient le voir chaque soir. Lorsque la zone libre est envahie, Lucas doit rester jusqu’à la fin de la guerre dans cette cave que lui aménage alors Marion. Par un système de conduits, il peut entendre les répétitions et, par l’entremise de sa femme, la mettre en scène. Après une altercation qui l’a opposé au tout-puissant critique, le collaborateur Daxiat, Marion, effrayée d’une possible interdiction de sa pièce, refuse de parler à Bernard. Il lui annonce ensuite qu’il quitte le théâtre pour la Résistance. Devant une descente de la Gestapo, Marion lui confie le soin de déblayer la cave pour cacher Lucas, qui lui annonce alors que sa femme est amoureuse de lui. Lors de sa dernière journée au théâtre, Marion le rejoint dans sa loge et se donne à lui. L’épilogue du film les rassemble après la guerre : Marion est encadrée par les deux hommes réunis au tomber de rideau de la nouvelle pièce montée par Lucas, dont Bernard et elle sont les acteurs.

 

 

 

02-copie-1.png

Repost 0
Published by gaby23cinema - dans Cinéma
commenter cet article

À Propos De Moi

  • : J'ADORE LE CINEMA
  • J'ADORE LE CINEMA
  • : L'univers des films de Franck Capra,d'Ernst Lubistch, Leo McCarey a bouleversé ma vie, une page s'est tournée, je ne l'ai jamais refermée.Le merveilleux est entré dans ma vie. Soyez les bienvenus dans mon monde.
  • Contact

Leur c'est leurre

Recherche

Heure/météo/visiteur(s)

 

 Compteur de visiteurs en lignesCompteur pour blog gratuit

 

 

 

 

 

 

Vous Disiez?

Visites

25.304  visites au 20.09.2011

Compteur pour blog gratuit